le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Au gré des Fils d'Eole

Mieux que des sons, certains champs vibratoires étranges nous parlent. Ils nous entraînent au-delà de leurs langages apocryphes. Sans comprendre un traître mot, certains d'entre nous ont pourtant le sentiment d’en saisir l’essence. Si le poète en vient parfois à refuser toute traduction qui ne serait sienne: c'est par peur d’être déçu. Son esprit préfère voyager libre et léger. Et s'il respecte jusqu'à l'insecte transporté par son fil, l'imaginant au-dessus de nuages échevelés au gré des fils d’Éole: il faut dire qu'il a de son côté appris de bonne heure à les soulever par pleines pelletées! Lucien joua probablement avec eux dès qu'il fut né. Leur voie fluctuante, dessinant des images allégoriques dans un cœur qui toujours en attend d’autres… Car il les suppose, existantes bienheureuses, à l’entrée d’un vortex qui n'aurait rien d'imaginaire. Mais, alors que le confort matériel se voit aujourd'hui toujours plus consommé qu'hier, l’on peut se demander jusqu'où le mal de vivre humain, que l'on savait originel, irait grandissant inexorablement de siècle en siècle. Lucien bâtissait sa vie sur une terre dont le passé industriel sans limites du siècle précédent, ne lui apportait finalement rien de mieux que la rusticité d’un habitat naturel, situé dans des alentours rongés par des retombées acides que l'on n'avait su juguler que beaucoup trop tard. Les rejets empoisonnés avaient trop contribué à tout détruire. En dépit de toute considération humaine. Et ce jusqu'à vicier l'air que l'on respirait... Alors il fallait reconnaître que bien des démons qui se juraient chimériques n'étaient rien d'autre que des hommes démoniaques! Lesquels depuis l'aube des premiers usaient de la crédulité pour acquérir chaque jour plus de force. Et peut-être que maintenant que les "vrais" semblaient assagis, il se pourrait que d'autres qui se supposent en des ailleurs cosmiques arrivent à leur tour, s’extirpant des trous Noirs, et se multipliant sur la planète jusqu'à faire pencher définitivement le fragile berceau de l'humanité jusqu'à le voir sombrer définitivement du côté noir de l'existence. Il n’y a hélas que de constater l’état de Gaïa pour s’en rendre compte: les hommes ont su exceller autant que le fit Satan hier: et sans admettre jamais qu'ils faisaient pire que lui!

 

 

 



23/09/2017
10 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres