le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Craignez l’épouvantail! (suite du roman)

     Les rêves prémonitoires, ont ceci de particulier, que l’approximation de leurs images pensées sont autant de messages psychiques, si fugaces, qu’il nous faut aussitôt les méditer avec force pour ne pas les voir s'effacer avant même de les avoir décodés... Mais les pertes de conscience et les dérives d’une société faussement consumériste qui bidouille et joue avec la vie, font de l’humain qui ne respecte plus rien, pas même ses rêves, un étranger pour le milieu dans lequel il vit.

Si autrefois ce diable de Belzéé entraînait des âmes dans un espace où la démence, qui semblait s’être infiltrée, pouvait néanmoins s'imaginer: on ne peut pas savoir, aujourd’hui, ce qu’il en sera demain des retombées de tel ou tel projet humain. Nous devrions pourtant faire plus attention où nous allons! Ne serait-ce que pour éviter le risque de nous retrouver acculés au bord d’un précipice incontournable. L’univers des hommes, plus encore que celui des dieux est fragile. De fugitif, il peut se disloquer violemment. Et si le poète Lucien a su se frayer un chemin entre des pantins désarticulés qui se déplacent au gré d’un vent de folie, c’est qu’il a reçu une double invitation. Alors c'est à lui d'éviter la danse macabre du ciel et de la terre s'il a le choix. Et s’il décide néanmoins d’entrer dans le pas, c’est qu’il ne craint pas les épouvantails.

Maria et lui sont à la fois différents et complémentaires. Il leur arrivera peut-être de dériver, de se trouver brinquebalés, comme en exode. Voire de se déguiser à leur tour: pour mieux cerner l’évidence d’un carnaval de prédateurs de plus en plus inquiétants… Qui peut nier à ce propos s'ils ne vont pas vivre en marge d'un autre monde? Et s'ils tentaient de créer un endroit déjà existant, mais où les règles qu’ils connaissent seraient issues de doctrines incertaines?…

Mascarade. Obsession. Sentiments. Oubli de notre identité. Nos rêves perdent parfois pied à cause d'un esprit trop léger! Si la mariée n'est résumée que par un voile blanc vaporeux qui se pose sur un arbre de vie, il ne faut pas négliger qu'ailleurs d’autres arbres lui font face! Le sommeil, comme le rêve, peut être paradoxal… Et voici justement que l'esprit de Lucien lui montre à présent celui d'un certain "Pacificateur". Le rêve s'efface… un autre se précise… Le poète se voit cette fois dans « Fantasia » : chaque arbre qui fait face à la mariée de tout-à-l'heure est surmonté par un masque noir… grotesque. Voici venir Blanche Neige et ses Sept Nains… L'épousée vit elle la magie de la scénographie revisitée par le rêve? Ou bien est-ce un conte réinventé par l’œil contemporain de la déesse Maria-Luce? Entre deux nuages apparaissent soudain des oiseaux immenses. Leur vol saccadé est surprenant. Un étonnant Miroir aux alouettes s'interpose. Voici qu'à présent Lucien voit des planètes. Et même une galaxie lointaine. Ce n’est pas celle où il a connu Maria… Mais qui donc est ce prince auréolé de lumière?

Hé mon prince ! Vas-tu enfin te réveiller sans te rendormir aussitôt?

 



08/12/2017
10 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres