le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Par l'intermédiaire du puissant dieu Gduisgraïl.

     Si Erzeré-Gabryel savait parfaitement ce qu’il faisait, c'est qu’il était informé de tout ce qui est utile par l’intermédiaire du puissant dieu Gduisgraïl, ce dernier communiquant avec lui par télépathie...

Il n'était pas seulement gouverneur de la septième planète: en tant que supérieur de ses frères, le grand dieu Gduisgraïl était donc potentiellement d’accord, depuis longtemps, pour recevoir les trois ambassadeurs de lumière accompagnés de leur déesse protectrice. Chacun cependant avait compris que de toute manière, nul ne pourrait plus entrer ni sortir de la galaxie du Très-Haut des ténèbres sans auparavant s’adresser au « Passeur » que représentait le dieu Pfelproton: déroger à cela eut probablement été le meilleur moyen de déclencher délibérément une nouvelle guerre des dieux… un nouveau chaos des titans!

Si les autres planètes, dont celles que vous avez pu visiter, se trouvent à l'extérieur de la galaxie Ardwennéïs, c’est tout de même à partir d’elle que leurs systèmes solaires pèlerins ont été obtenus, leur expliqua fièrement leur hôte quand ils furent arrivés à destination. Et puis il leur désigna cette fois de larges fauteuils garnis d'une sorte de peau ressemblant à du cuir blanc. Ils avaient été esthétiquement rehaussés à l'aide de divers métaux précieux qui leur donnait une ligne très futuriste. Une bonne douzaine sièges de ce type se trouvaient installés en arc de cercle, face à celui de couleur vert Véronèse qu’il se disposait à occuper.

Nous avions choisi en effet de visiter les mondes éparpillés en premier, sachant qu’ils sont moins considérables par le fait de leur isolement, acquiesçait déjà Erzeré-Gabryel.

Au lieu d’introduire le petit groupe à l’intérieur d’un quelconque bâtiment administratif, ou même, dans le confinement de son palais qui devait se supposer sinon luxueux, au moins somptueusement aménagé, car bénéficiant certainement de ces mêmes avancées technologiques qui avaient pu se constater, depuis l’entrée du couloir du temps, qu’ils avaient pu emprunter jusqu’ici: Gduisgraïl leur avait fait la surprise d’un joli kiosque au milieu d'un parc magnifiquement arboré, et dont le sol bleu-vert, était entièrement revêtu d’une herbe que l'on avait soigneusement taillée à la même hauteur que les fleurs sauvages qui s’y trouvaient à leur aise; bien que l'ensemble ne devait guère dépasser quatre centimètres en pleine croissance.

S'associant à la fraîcheur du décor environnant, il s'entendait, venant de multiples endroits, des gazouillis d’oiseaux dont on pouvait imaginer qu'ils orchestraient le rythme des cortèges multicolores, que révelaient en passant d’innombrables papillons de jour, dont les formes et les mouvements aériens, faisaient montre d’un balai superbe. Un peu plus loin, une autre gracieuse harmonie s'obtenait d’une chute d’eau rose qui leur paraissant généreuse. Elle alimentait un lac qui rafraîchissait à souhait un air déjà délicieux. Lequel baignait de son osmose, ce bel après-matin digne des étés que connut autrefois la planète terre, avant de devenir la proie de particules cancérigènes et autres retombées industrielles.

 

 



01/02/2018
13 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres