le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Un escalier de pierre bleue...

 

     Au fur et à mesure que l’embarcation le rapprochait de l’autre rive, c’est tout Castel Anatha qui se matérialisait autour et devant Lucien dans son entier! Pierres, terrain, et nature: tout se conjuguait peu à peu. Cela lui rappelait même, hormis la présence du manoir, certaines cartes postales qu'il avait vues... Ultimes témoins de carton-pâte, montrant encore des lieux qui se jugeraient aujourd'hui paradisiaques, mais dans lesquels notre sympathique pelleteur de nuages n’avait jamais mis les pieds. Sinon que peut-être, s'ils avaient été connus de son esprit, c'était lors d'autres karmas. Lequel esprit les avait sauvegardés, comme mémorisés, avec ce qui est transmissible entre les humains de gènes à gène, génération après génération.

L’accostage s’était déroulé sans le moindre problème. Et puis Lucien avait suivi le mince ruban de gravier qui crissait sous son pas. Après quoi il avait commencé de gravir le large escalier de pierre bleue qui menait à un perron. Mais c'est lorsqu’il s’apprêtait à questionner les deux femmes, qu’il voyait cette fois de dos, au moment où il avait fini par les rejoindre, que Maria avait doucement tourné la tête tout en posant un doigt espiègle sur ses lèvres, tandis que d'un geste à l'aveugle, sa sœur invitait le jeune homme à leur emboîter le pas.

Il semblait au poète que le bruit, lorsqu'il fut émis trois fois par le heurtoir de bronze retombant sur le socle de métal protégeant le bois d’une imposante porte de vieux chêne, devait probablement s’entendre jusqu’à l’entours… À moins que dans ce monde, seuls les êtres qui étaient admis à le pénétrer pussent en percevoir les sons qui s'y produisaient. Et puis, comme dans son "rêve sous la terre", il y eut des frôlements furtifs. Et alors un loquet coulissa…

À peine l'obstacle de vieux chêne se fut-il effacé, qu’apparaissait une troisième femme, blonde, et plus sublime encore…. Sa longue chevelure ondulée encadrait délicatement un visage d’ange aux yeux pers qu’éclairait une aura de diamant.

Habygâ ne prononça aucun mot. Les présentations mentales avaient eu lieu avant. Tout en faisant volte-face à son tour, elle s’engouffra dans le spacieux corridor. Le sol, qui était fait de la même pierre que le perron, semblait la porter sans qu'il y ait besoin du moindre contact de ses pieds. Alors le trio la suivit. Et le lourd battant se referma en gémissant sur ses gonds.

 

 

 

 

 

 



18/11/2017
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres