le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

ANTHÈNÈMYA: L'ANTI-PARADIS! (début du chapitre 86)

 

  

 

      En tant que créateur présumé d'un "Nouveau Monde" multi-galactique , Anthénéme pouvait être qualifié de dieu opportuniste…. Puisque, pour constituer icelui: il ne faisait guère mieux qu'en récupérer d'autres, qui s'étaient affaissés sur eux-mêmes en pénétrant dans leurs propres Trous noirs…

Sans conteste, on peut aussi admettre que ce dieu là se correspond jusque au-delà de sa propre ambition d'esclavagiste faussement repenti… Toujours est-il que pour peupler ses planètes après qu'il les eut obtenues "habitables", il avait étendu sa technique de récupération matérielle à celle charnelle, autrement plus complexe, de pénitents humains défunts qui s’étaient procuré une seconde vie pour s'être repentis corps et âme de la première, en purgeant chez-lui pas moins de trois siècles d'enfer…

Certes ce qu'il leur offrait n’était rien de mieux qu’une planche de salut qu’il pouvait brûler quand il voulait. Pas même en sorte, quelque pont de Cinvat: cet autre symbole de la traversée du "Ciel" qui puisait en notre Terre-Mère, ses fondements issus de la mythologie iranienne.

(Ceci s'obtenant aussi en un temps où la religion mazdéenne était la plus ancienne religion du monde qui fut notablement vivante)

Erzeré-Gabryel l’avait compris depuis longtemps: du côté « sombre » de l’univers, les ténèbres cultivaient tant l’ambiguïté que tout pouvait arriver en bien comme en mal . D'autant que cela tendait injustement ou non à diaboliser le dieu qui en avait hérité! Montrant par-là que l’hoirie des vieilles religions, pouvait se retrouver partout à la dépendance de son emprise. Et c’était probablement sur cette planète-là que deux des aspects qui caractérisent les grandes interrogations humaines: à savoir l'expérience mystique de la lumière et la lutte contre les démons, se retrouvaient les mieux représentées. Quant à admettre que, si la huitième planète du Très-Haut des ténèbres n’est pas décrite dans le livre sacré de l’Avesta: il convenait aussi de penser que c’est peut-être simplement dû au fait que les astronomes d’aujourd’hui ignorent encore sa présence, et qu'à plus forte raison, ceux de l’antiquité terrienne ne risquaient pas de la supposer davantage!

Il reste néanmoins que c’est dans ce cadre cher au dieu Anthénéme, que le pont de Tchinoud (ou pont de Cinvat) que des humains supposaient d'exister, servit effectivement et bien longtemps de première référence, en tant que passage, non pas uniquement symbolique, mais bien réel, pour des âmes s'allant vers l’au-delà, tel que philosophiquement pensé sur Terre en des temps fort reculés...

*

 



08/02/2018
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres