le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

RECUEIL DE POEMES (en tous genres)


Les vieux amants

Sur un banc se sont assis deux enfants,
Serrés l’un contre l’autre et regardant,
À l’ombre bleue de leurs nuits la lumière,
Reflétée par l’astre gris sur la terre.

Deux corps confondus, deux cœurs sans dénis.
La vie et le hasard les ont unis…
Dans l’espace-fruit du temps de la lune:
Qui rend glamour ce que l’un fait à l’une. 

Quand deux regards se rejoignent aux cieux
Illuminant ceux-là d’Azur blanc bleu.
La force d’amour, les rend merveilleux...

Mais le monde autour est plein d’aléas.
Et tourne l'horlogerie d’ici-bas:
Faisant du temps que les astres n’ont pas...

 

RHD

 


20/05/2018
16 Poster un commentaire

L'Entité

 

Inanna, fille d’Ishkur, serait à la fois Déesse de l’étoile Vénus et titulaire d’Uruk... Lorsqu’on compare le sentiment d’amour à pareille image, cela parfois « donne des ailes » et même faire que le rêve nous peut rendre sublimes…Là-haut!

 

 

Pour l’esprit révolté, en tableau triomphant:

Tout espoir méprisé fait songe délirant.

Quand toute difficulté deviendra chimère:

En tuant tes ennuis, tu quitteras la terre.

 

Et pour l’amour du ciel, glisseras survolant

De bien sublimes jours, en leurs commencements…

Nous sommes des amants sacrilèges des sens,

Des anges vétérans, pour Elfes indécents.

 

Jusqu’au septième miel, faisant l’amour aux nues:

Dumuzi emporte d'Inanna le corps nu,

De pauvre berger il s'élève en magnifique,

Et voit que son beau rêve n’est plus utopique.

 

Superbe volupté dans son ébat charnel,

Loin des villes enchâssées: Uruk est au ciel!

Les voici parvenus à touche-firmament...

 

Mais le vide les tue, car dans un foudroiement,

Reviennent vers Gaïa, refoulés par l’éther…

Tel un astre au couchant… s'enfonçant dans la mer.

 

 

 

 

RHD

 


13/05/2018
21 Poster un commentaire

SLAM: La Dame Faite D'Eau

 

Le contexte : pour se faire pardonner sa morosité, un poète improvise quelques vers sans trop se soucier de leur métrique:

A voir tant d'assurance, lorsque femme veut,
Quand deux verts yeux attisent l'âme Dieu,
Bien difficile, il est d'en rejeter le vœu…
Car à fuir, Dames, vos regards archangéliques,
Plongeant dans le mien fragile car apostolique,
Si trop fatigable je suis en ce monde bordélique:
De mes prés -jugements je fais l'apostasie,
Puis de vos idées, admettant l'apologie.
J’oublieen cet instant de vie ma nostalgie.
Foin de pessimisme et ne craignons la ronce!
Plus rien d'ornière ni de lise qui enfonce.
Allez les filles, j'abjure... Et puis je fonce !

 

Deux amies, superbement complices, lui font la réplique:

Décidément si venant de nous quelque chose,
Peut mieux te faire poétiser la vie en prose,
Si d'une idée, d'une doctrine, tu abjures,
Ce n'est certes pas de ta foi en l'écriture...

 

Alors, ils se mettent tous les trois à rire d’un bon cœur, tandis que, tapi dans l'ombre, l'esprit d'une entité bleue, prenant plaisir à les voir, ne put s'empêcher d'ajouter en secret:

Sur des flots bleus de nuit s’avançait une femme,
Venue de l’onde, pour consoler ton cœur chagrin.
Mais comme un rêve s’éteint, la belle dame,
Disparut au petit-matin...

 

Dehors, au bord d'un lac, le gai clapotis se tait. Ceci peut-être, afin de mieux entendre le silence. C'est alors que d'autres paroles, émanèrent de l'esprit grand ouvert d'une fée au cœur agnostique :

Issue des flots couleur ciel,
Je suis la Dame faite d'eau…
De par des mots couleur miel:
Suis théâtre de Feydeau.

RHD

 


08/05/2018
18 Poster un commentaire

Parabole.

De ceux dont je parle, s'il ne reste que propos,

C’est que leurs ossements sont redevenus poussière;

Mais il est qu’à notre temps s’écrivent encore les mots

Offerts par une Femme d'école légendaire...

 

Car si notre cœur s’irise philosophique:

De métaphysique élaboration de par lui,

L’être bon reconduira l’ami sympathique

En lui offrant des paraboles étoilées de nuit.

 

Et plutôt que d’ordalies fort moyenâgeuses,

S’il est de fuir un monde éphémère passager:

De toute chose visible et non vertueuse,

N’est rien que vent qui court à sa fin sans présager.

 

Le Magistère suprême regarde la terre

Mais il n’y voit bien trop clair que légats de Satan...

Ô sages et vénérables preux : pourquoi cette guerre?

Ces royaumes combattants, édifiés décadents!

 

N’est-il de force, en l’ascétisme spirituel

Qui puisse en perfectionnement rendre la raison?

N’est-il donc rien, pour contrer l’anathème éternel?

Emportant haut sur le vent les nuées d’horizons.

 

Le sombre ne se peut connaître s’il s’élève,

Obnubilé par des fortunes qui se défont.

Le supérieur a l’apparence du sot qui rêve,

Il n’est que plénitude intérieure de chiffons!

 

RHD

 


06/05/2018
10 Poster un commentaire

Parabole.

De ceux dont je parle, s'il ne reste que propos,
C’est que leurs ossements sont redevenus poussière;
Mais il est qu’à notre temps s’écrivent encore les mots
Offerts par une Femme d'école légendaire...

Car si notre cœur s’irise philosophique:
De métaphysique élaboration de par lui,
L’être bon reconduira l’ami sympathique
En lui offrant des paraboles étoilées de nuit.

Et plutôt que d’ordalies fort moyenâgeuses,
S’il est de fuir un monde éphémère passager:
De toute chose visible et non vertueuse,
N’est rien que vent qui court à sa fin sans présager.

Le Magistère suprême regarde la terre,
Mais il n’y voit bien trop clair que légats de Satan...
Ô sages et vénérables preux : pourquoi cette guerre?
Ces royaumes combattants, édifiés décadents!

N’est-il de force, en l’ascétisme spirituel,
Qui puisse en perfectionnement rendre la raison?
N’est-il donc rien, pour contrer l’anathème éternel?
Emportant haut sur le vent les nuées d’horizons.

Le sombre ne se peut connaître s’il s’élève,
Obnubilé par des fortunes qui se défont.
Le supérieur a l’apparence du sot qui rêve,
Il n’est que plénitude intérieure de chiffons!

 

RHD

 


06/05/2018
0 Poster un commentaire

Aventureuse Providence?

La métaphysique du philosophe né,
Fait principe commun pour l’être qui le sait.
Mais l’homme yang serait-il un élément contraire?…
Symbolisme du désir qui brûle la terre.
L’obscurantisme est dans l’œuf non encore éclos;
L’enfançon qui ne parle est dieu en ciel falot.
Si l’art de vivre connaît des joies négatives,
L’homme sans apprêt est duplicité active.
Mais s’il contrôle ses égoïstes désirs,
Il pourra vivre bien sans soucis d’être pire.
Ainsi, dans sa quête de l’immortalité,
L'homme "près du ciel" saura voir la vérité.
C'est par restitution des énergies pures
De l’enfance, et puis jusqu’à l’être qui perdure,
Qu’adulte il s’est rassasié durant mille ans,
Des choses de la terre, et d’un monde ascendant.

Alors peut-être que:

Empruntant le grand escalier qui mène à eux
Par nuée, l'on parviendra aux séjours des cieux.

 

RHD

 


05/05/2018
17 Poster un commentaire

Une Clarté Généreuse.

Sont-ce des transporteurs, des serviteurs?

L'image pénètre l'explorateur...

Celui-là sait comment voir d’autres portes.

Et puis tant mieux si le destin l’emporte,

Certain semeur de mots l'est pour la vie…

Mais qui récolte moins que de l’envie!

*

Quand l'esprit d'allure vertigineuse,

Fait dans l'ombre une clarté généreuse.

C'est mille fois mieux que de la lumière!

Bien que condamné à vivre éphémère;

De poète né sous bombardements:

Il sera prince des chambardements!

 

RHD

 


01/05/2018
15 Poster un commentaire

MEDITATION

 

Ce qui est vu grand est suprême d’alternance:

Les contraires s'accordant en leur influence.

Ceux-là font comme autant dans le ciel et sous terre:

Le chaud et le froid, jour ou nuit, été hiver…

Vision de l’homme, est principe en sa conduite:

De prophète en loi foi, nait doctrine susdite.

D’idéal confucianiste héréditaire,

Jouant encor le rôle d’intermédiaire,

Se voient au livre sacré des mutations,

Métaphoriques en leur formulation:

Des lignes ointes et de savants diagrammes

Que le sage voit superposés en trigrammes.

L’être né de formation dans l’univers,

Subsiste à la dissolution de l’éther;

Si celui-là vit sans dépérir, ni vieillir:

Il est solide et convergera sans faillir!

Force d'amour, brave rudesse malhabile,

D’union qui par la femme s’offre fragile…

Si la vision montre par une autre image,

Hors de l’ordre naturel, c'est une autre page!

Dans l’éternité concordante du perçu,

La Terre fait centre transcendant par l'influx…

Mais l’état du désir contemple son transfert;

Dans l’obscur, l’immense s'assombrit de mystère.

 

RHD

 


30/04/2018
20 Poster un commentaire

"BIDON-VILLE"

 

 

Le lieu où ils sont nés n’est pas un sanctuaire,

C’est moins qu'un dépotoir d’ordures :

Un estuaire…

Pour fleuve diamantaire de déchets organiques,

Lave-corps puant pour balbuzards:

Éclectiques.

Phénomène inversé ; gouttes d’eau mêle-feux

À la poudre d’escampette des humains:

Des suiffeux …

Dans ce contenant misérable et un peu nase,

S’éteint, celle qui en fait déborder:

La vase…

L'on s’y voit ver escaladant les détritus…

D'un paysage à couteaux tirés:

Très pointus…

Où les coups-de-poing sont innés d’un monde à chier

Des Culs d’or cousus … Que des Sans-papiers:

Crèvent à torcher…

Société ! Groupe où la coupe est nauséabonde,

Sais-tu que mon peuple va bientôt te coucher:

Par la bonde ?

 

RHD

 


10/02/2018
15 Poster un commentaire

Clin d'Œil (poèsie moderne)

wink

 

Campé à l'avant d'un bateau mouche tout blanc:

Savourant un savant croque bouche troublant,

Je regarde les nues qui naviguent sans voile,

Véliplanchistes nues mises au banc d'une étoile...

Juste avant qu'accoster la cité de Gonzague,

Où je suis né tel un Arthur à l'Âme vague…

Un héron au dos rond cligne un œil ingénu,

Comme approuvant, mais sourd mon regard entendu.

Tout prêt de chavirer mon cœur est batelé…

Ce soir, c'est sûr, je ne verrai pas la télé!

RHD

 


25/01/2018
25 Poster un commentaire

Divinité (poèsie)

 

 

 

S'il est une vaste question que se posent les poètes, c'est bien celle des origines.

 

D'où venons-nous? Qui sommes-nous?  Et, par-delà la matière: d'où vient notre âme, si tant est que nous en avons une? Sommes-nous à l'image d'un éventuel microcosme divin, ou rien mieux qu'aléatoire alchimie directement issue de l'atome ?

 

Au commencement absolu fut l'invisible;

Aucun nom, aucune chose qui soit sensible;

Mais lorsque se dévoila le vide sans norme:

Le rideau s'ouvrit sur une entité sans forme.

 

L'Esprit but à la source de l’univers,

Il est venu d’un loin point noir du néant,

Habiter Gaïa quand l'astre exubérant:

Mit au monde notre destin embryonnaire…

 

L’indiscernable est indicible lumière:

Voici celui qui crée un Ciel sur la Terre!

Divinité née du val de Lao-Tseu?

Es-tu la vie, le yin, le yang, ou l’eau dans le feu?

 

RHD

 

 


17/01/2018
32 Poster un commentaire

CONTRESENS

 

 

 

Ton train me cache d'un autre

Tu le crois né bon apôtre

Mais il t’entraîne par désappris

Hors du voyage dans son esprit.

 

* 

 

Quand le rêve est en vacances

Douce princesse est partance

Car l'absence nuit l'autre délit

Qui se vautre la nuit dans mon lit

  

Lors 

 

Je m'habille en misérable

D'un sentiment vulnérable

Puis babille et franchis la barrière

Bitumée, d'improbables routières

 

  

Mais je déraille et chavire

Sur le ballast du pire

Figé face à tant de contresens

Qui trop frôlent mon cap d'espérance  

 

* 

 

Ce train me cache d'un autre...

Tu me voudrais bon apôtre

Mais ne suis que mensonge incertain

Mis à nu: comme accroche chagrin

 

RHD

 

 

 

 


09/01/2018
18 Poster un commentaire

DOUX POÈTE (dialogue)

 

 

 

 

 

 

 

Où vis-tu doux poète, où vis-tu?

L’horizon flamboyant m’est écrin.

Que vois-tu dans ce ciel , que vois-tu?

L’aube fleur qui dilue des chagrins...

Bien au delà de l’amer,

Bien au delà de la terre.

 

 

 

Qui connaît bien les jours à ses âges,

Ne se perd sans gagner d’avantage.

La folie fait partie d’un voyage;

Tout détour dans un livre d’images,

Fait marque page en ses mirages...

Bien au delà gît l’histoire,

Bien au delà l’accessoire.

 

 

 

Qui crois-tu doux poète, qui crois-tu?

L’esprit donnant confiance en demain.

Où est-il selon toi, où vit-il?

Ta conscience lui donne la main...

Bien au delà ton destin,

Bien au delà ne s’éteint.

 

 

 

Quand viendra ton hiver décevant,

Qui meurtri sans le vouloir pourtant.

Quand ta vie s’enfuira dans le vent;

Que ton corps s’enfouira au néant,

Ton esprit restera lien vibrant...

Bien au-delà des serments,

Bien au-delà des vivants.

 

 

 

Où vas-tu doux poète, où vas-tu?

Je m’en vais mais je suis prés de toi.

Que veux-tu doux poète que veux-tu?

Te donner, du bonheur et la foi.

Bien au-delà de l’étrange,

Bien au-delà des louanges.

 

 

 

Quand sourit le bonheur qui dérange,

Il porte le sentiment d’un ange.

Le génie, a le cœur d’un Archange;

Sa lumière enfante la louange,

Des émois quand chante la mésange...

Bien au-delà de l’échange,

Bien au-delà l’eau du Gange.

 

 

 

Qui es-tu doux poète, qui es-tu?

En mon nom, la lumière fait tes jours.

M’aimes-tu doux poète, m’aimes-tu?

Je t’adore, car mon nom est Amour !

Bien au delà des toujours,

Bien au delà du glamour.

 

 

RHD

 


05/01/2018
20 Poster un commentaire

Dans un monde d'amour (poèsie utopique!)

 

 

Au jardin des regrets,

Je me suis fait abstrait:

Tapis dans la hêtraie,

Et la ronce empêtrée,

J'ai enfoui à cœur

Le souvenir rageur,

Qui errait en souffrance,

Hors d'une âme en partance.

  

*¤*

 

Puisqu'il nous faut surseoir:

Je voyage à mes soirs

Quand je cherche l’espoir

Puisque Je veux y croire...

Croire que ceux qui s'aiment,

Et combattent la haine,

Se reverront un jour,

Dans un monde d'amour.

 

RHD

 

 

 

 

 

 

 

 


18/12/2017
25 Poster un commentaire

ENTITÈS ORDINAIRES

 

 

 

 

  Par leurs dessins de plume, se tracent des destins mystérieux.

Tandis que des tableaux font image, pour de biens étranges dieux.

 

*

 

Sur le parchemin de nos vies, l’encre bleu-ciel

Décrit des chemins de maux, d’envies et de miel:

Des abeilles sont venues du sillage haut des nues;

Près la source inconnue, un peintre les pose ingénues.

  

Habillé par la soie d’un honneur utopique:

Un faiseur de richesses prose allégorique,

Par la voix d'un symbole s'exprimant avec redondance,

Au plus près d'une corne d'or, de mythique abondance.

   

En mendiant philologue, je me suis assis philosophe,

Sur le tronc interlope d'un ressentiment anastrophe.

Et là, posant sous le regard las d'un entoilé seigneur,

J’ai oublié des blessures, étiolées dans mon cœur.

  

Riche de mon infortune et en cette aberrance,

Un artiste broyait les pigments de mon essence:

Signets d'un peintre, pour entités ordinaires,

Qui fixaient imaginaires, de secrètes lumières…

 

RHD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


28/11/2017
12 Poster un commentaire