le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Pareil à un électron libre

   En ce temps-là qui avait vu l'affrontement sur notre planète entre un grand Ange-dieu de lumière et le fils rénégat du Supprême Des Ténèbres*… Athaânas ayant alors furtivement positionné l’Etoile-de-Glace avait agit de façon à ce que la lune la rendre indétectable depuis la planète Terre. Il avait bien reçu l'ultime message de L’HOMBRE l'invitant à le rejoindre. Mais il était arrivé trop tard. Il ne subsistait guère du dieu sombre qu’un vague reliquat de particules. Il les aggloméra néanmoins à d'autres, déjà constitutives du cœur actif énergisant son étonnant véhicule. Et puis, ne se sentant pas encore prêt à affronter seul les ennemis de feu son Maître, il avait pris la décision de ne pas s'attarder de ce côté-là du système solaire où plus rien ne l’intéressait, et il avait mis le cap sur Yäga…

 

*

 

   Plus tard, bien qu'il eût d'abord convenu de se retrouver dans l'intimité que leur procurait le discret couvert du cabanon dans l’arbre, le couple dieu était resté troublé par la révélation d'Estarie. Comment se pouvait-il qu'un intrus puisse intercepter des âmes, sans que cela soit connu des anges de lumière, généralement plus aptes que quiconque pour débusquer ce type de chapardeur alors que tout de cela est perçu, quoique de manière imprécise, par la fée gardienne? Certes, se souvenant du combat difficile qu'il avait fallu mener sur la terre pour y ramener un semblant d'équilibre  – lequel fut aussitôt réduit à peau de chagrin par l'indécrottable machiavélisme des dirigeants humains –  Habygâ reconnaissait en elle-même les limites d'action dont disposaient les anges-dieux de lumière quand leurs opposés de l'ombre s'égaraient volontairement ou non hors de leur territoire. Lequel fut pourtant attribué par le créateur de leur créateur, et appelé à fonctionner selon des règles bien établies lors d'un  pacte qui fut signé en s'attribuant simultanément des tâches certes opposées, mais complémentaires. Lesquelles avaient été jugées indispensable pour contrôler la grande expansion  atomique. C'est ainsi que la conversation qui avait eu lieu entre Néphysthéo et sa compagne leur avait fait admettre peu à peu que si certaines questions cosmiques les concernant leur étaient familières, en revanche, celles posées par l'évolution scientifique et technologique humaine n'étaient pas franchement leur tasse de thé, et que peut-être, il leur faudrait pour cela consulter le Grand Junyather qui devait forcément disposer de connaissances supérieures. Lesquelles s'ajoutant à celles pratiques de Gabryel, seraient certainement aptes à les éclairer à ce sujet. En même temps que le jour déclinait, la déesse se faisait cette fois songeuse. Elle reconnaissait volontiers que cette période de constitution de la matière et de l'énergie qui lui donne animation et vie la dépassait en entendement. Par ailleurs, elle avait cogité si fort le problème d'Estarie  – se disant qu'il pourrait être le résultat anarchique d'aléas forcément incontrôlables par tout l'univers à la fois –  que Néphysthéo l'avait perçu à son tour, autant qu'un message télépathique:

 

– Je pensais justement à la même situation concernant les erreurs et autres aberrations qui sont possibles dans un espace logiquement dépourvu du temps, tel que le décomptent les humains. Sans omettre évidemment qu'il puisse être sujet à possibles variations. Lesquelles peuvent se produire de manière hasardeuse, au sein de ses propres dimensions abstraites, lui avoua subitement l'ange-dieu.

– Je ne m'explique pas comment cela peut-être dans notre monde, enchaînait aussitôt la blonde déesse, faisant comme on prononce un recours. Je n'y vois pas logiquement la présence d'autres intelligences négatives qui ne seraient pas immédiatement repérées par mon grand-père. Pas plus d’ailleurs, que celles que je ne souhaite pas.

– Peut-être veux-tu parler de ce qui m'est arrivé?

– Entre autres il est vrai, car je pense que seule une entité intelligente, investie d'une mission qui serait de contrôler la nôtre, peut avoir été munie volontairement ou tout à fait par hasard, de quelque capacité supérieure pouvant cependant se révéler nuisible à l'équilibre naturel, comme à celui jugé surnaturel, si agissant trop longtemps selon sa manière de faire et choisir. D'autant que si elle est différente de la nôtre, cela ne saurait être totalement imperceptible longtemps. Sinon que peut-être disposer à la fois d'une puissance répulsive et d'une autre attractive. L'ensemble permettant d'opérer alors à travers le champ magnétique sans le perturber? Ou alors, si c'est là quelque ersatz égaré d'un enté-monde, et devenu pareil à un électron libre, il faut peut-être s'attendre aussi à apprendre, que si le fait de prélever des âmes-électrons-libres lui devenait suffisant pour acquérir un tissu psychique sinon pareil au nôtre, au moins redoutablement efficace, il n'est pas à exclure qu'il s'en prenne par la suite à la connaissance des dieux, quitte pour y parvenir, à se rendre coupable d'actes barbares. Lesquels rappelleraient alors étrangement ceux que L'HOMBRE perpétra quand il tenta de s'emparer de la Terre pour poste avancé de son royaume...

– Alors, dans ce cas, la menace ne peut provenir que du côté noir de l’univers.

– Je n'oublie pas mon chéri, pour ce qui est de l'énergie capable de créer de la matière, qu'il en est aussi une autre en effet, qui bien que se raréfiant peut-être de ce côté-ci du cosmos, possède la forte puissance interstellaire qui est utile au maintien des objets dans l'espace. J'admets aussi que tout ce qui s'engouffre par les Trous noirs, peut très bien avoir été récupéré  – même en l'état de retour à l'éther–  par l'autre extrémité du « Grand Balancier ».

– Voudrais-tu parler de la matière sombre, ou de l'antimatière? Ou même encore, de sa présence possible ailleurs qu'ici, en plus grande quantité stabilisatrice, au sein d'un autre contexte qui nous serait difficile d'accès… Un anti monde?

– Je constate mon chéri que tu disposes bien comme je le pense, d'un très bon bagage en ce qui concerne la connaissance et le savoir généraliste. Pourtant tu me sembles ignorer encore de quoi est capable le Très-Haut dans sa Propre lumière.

– C'est que vois-tu, il s'est fait que L'HOMBRE ne m'a enseigné que ce qui l'a perdu lui-même.

– Fort bien mon mari! J'ai pu me rendre compte que tu as su combattre son arrogance, grâce probablement à ce qui fit que tu es resté un dieu d'amour et de lumière, malgré que ton ravisseur eut tenté, sans y parvenir vraiment, de te transformer en antéchrist.

– Mon esprit est peut-être resté faillible, car parfois mon tempérament est bouillant...

– Mais ton cœur est pur, car ta volonté exemplaire!

– Là mon amour, je crois que tu me chahutes un tantinet...

– Mais non... Mais n...

 

Habygâ ne put terminer sa phrase, car Néphysthéo venait de plaquer un tendre baiser sur ses lèvres gourmandes. Ainsi s'aimèrent longtemps les deux amants. Cela dura même jusqu'à ce que quelque chose ou quelqu'un s’annonce...

 

* (voir premier tome de ce roman)

 



29/04/2017
8 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres