le-pelleteur-de-nuages.blog4ever.com

le-pelleteur-de-nuages

Un mouvement écologiste très modeste...

      Si Maria et Lucien avaient pris pour habitude de se lever tôt le matin, c'est peut-être que le courage de leurs aidants faisait bonheur à voir et qu’alors, il n'était pas question de les décevoir!

Certes, aucun des bénévoles qui les secondaient ne le faisait au nom d'une doctrine particulière. Et d'ailleurs, si l’on n’évoquait que très rarement le nom de Maria-Luce, c'est que le modeste mouvement écologiste, s'animait plus par souci d'un retour à la nature, que par celui d’un possible engagement spirituel…

Ici, tout le monde agissait donc en ami du couple. Mais ils montraient en cela un tel charisme, que probablement, le Très-Haut lui-même, devait s'en trouver satisfait.

Ce jour-là, à l'heure du déjeuner, comme à l'accoutumée, celles et ceux qui résidaient encore dans la ville proche, avaient préparé et apporté ce que le modeste potager ne pouvait fournir à lui seul. Et cela était devenu un véritable rite de convivialité. Personne ici, à la fin du repas pris en commun sous une treille permanante, ne s'attendait donc à voir d'autres choses que celles naturelles qui leurs étaient devenues familières. Ce qui faisait des tables, garnies de victuailles, qu’elles étaient, comme à l’accoutumé, destinées à calmer joyeusement l'appétit… sauf que… ce fut alors que Maria  leur servait un bon café que quelque chose d’inabituel s’était produit…

Il y avait eut, en premier, cette étrange formation d'une brume lègère...

Cela parfois s'obtenait certes naturellement à la fraîcheur du petit jour: mais jamais en plein midi!

Celle-là s'élevait doucement depuis l'eau du premier bassin de la fontaine. Somme toute, le phénomène pouvant néanmoins s'admettre en ce siècle où l'atmosphère avait été dangereusement polluée, seules, quelques-unes des personnes, ayant remarqué l'expansion s'en trouvèrent distraites. Mais, quand ceci, en prenant une certaine proportion, se précisa peu à peu sous la forme d’une silhouette d’apparence humaine, blanche et immobile, qui était comme suspendue en l'air, à environ trois mètres au-dessus de la fontaine... alors il ne fit aucun doute que tout le monde s'en montra fort émus!

Et lorsque la forme commença à montrer un visage de femme, encadré de superbes volutes de cheveux blonds, l'on commença à entendre çà et là des mots murmurés qui la qualifiaient d'être subtil…

Ayant à l'évidence reconnu l'image de la déesse Habygâ, dont l'apparence cristalline faisait penser à une bonne dame Blanche, toute entourée de lumière, Lucien et Maria avaient échangé un regard de connivence. Et puis sans prononcer le moindre mot, ils s'étaient dirigés vers la fontaine.

Plaisantant pour se rassurer, certains évoquèrent l'idée que l'apparition devait être celle d'une fée... qui peut-être, leur avait été envoyée par la nature pour les remercier. Ce n'est donc que lorsque le couple s'agenouilla devant la margelle du bac central qu'ils prirent la chose vraiment au sérieux… D'autant qu'à l'instant précis où se ressentit, humide et tiède, un léger souffle qui cette fois se réalisait au niveau du bassin supérieur: chacun en fut si ébranlé que peu à peu, c'était presque toute l'assemblée qui à son tour s'était agenouillée!...

C'est à ce moment là que la lumière ambiante avait diminué. Cependant que la température environnante avait augmenté de quelques degrés, et que la déesse se dessinait mieux encore, dans son halo de lumière diaprée. Tandis que le souffle, qui semblait s'être éthéré pour englober plus largement la scène, porta vers eux le son léger d'une voix douce, s'acheminant ainsi jusqu'aux aux oreilles qui du coup s'étaient faites d'autant plus attentives.

Gens de cœur et de courage, leur murmurait Habygâ: vous avez bien mérité de me voir. Car ce que vous faites a été jugé bon par la divine lumière. Alors voici que devant vous j'apparais en humble descendante de la déesse Ardvina qui donna son nom à l'Ardenne. Votre vaillance fait plaisir à voir. Cependant, il me faut reconnaître que quelques poignées d'humains disséminés de par le monde, ne sauraient réparer à eux seuls ce que des milliards d'autres se sont évertués à détruire. Alors je vous le dis: il serait bon que certaines et certains d'entre vous, acceptent de rapporter chez eux, et même aux autorités, ce qui maintenant va avoir lieu...

Il y eut un temps de silence… Et puis, se faisant plus solennelle, tout en usant d'un timbre de voix plus appliqué, la déesse s'adressa cette fois directement à Maria et Lucien:

Vous! Dit-elle en les désignant de ses deux mains ouvertes paumes en l'air… J'ai besoin de votre aide pour activer plus largement la régénération naturelle de la flore, et favoriser son repeuplement par la faune. C’est donc par vous que sera obtenu prolongement d'une application montrant qu'il existe bien une entité de lumière créatrice de tout ce que l'humain côtoie. Alors, s'il vous plaît: vivez en longtemps! Et puis représentez-moi par vous-même. Je vous servirai quant à moi de guide spirituel… À présent, je vous invite à agir, chacun à sa manière, pour pénétrer de votre personne cette eau que ma présence à sanctifiée. Je veux que vous fassiez cela dès demain, et pour chaque autre matin que vous vivrez. Toi Lucien, tu feras séance de magnétisme pour la vivifier. Toi Maria, tu entreras vêtue de lin dans l'eau de cette fontaine. Après quoi, sans te sécher, tu en ressortiras. Tu prendras alors la main de Lucien et vous marcherez longtemps ainsi, allant partout où vous voudrez.

*

 



08/04/2018
7 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres